All posts by alexiacomte

Regarding the Visit to the Carre Plantagenet Museum

by Sebastian Luis Frete

In the context of the Second Doctoral SciCoMove Seminar in Le Mans, titled “Collecting practices, collections and collectors in the modern sciences (18th-21st C)”, which took place in late May at the Faculty of Social Sciences of the University of Le Mans, we had the opportunity to visit the Jean-Claude-Boularad/Carre Plantagenet Museum. Located just meters from Saint Julian’s Cathedral, this museum focuses on archaeology and history, presenting the local history of the Sarthe region from prehistoric times to the Middle Ages. The visit allowed us to contextualize our academic work by observing various methods of organizing and managing collections, while also prompting reflection on the administrative and political challenges faced by the museum sector.

We were welcomed by the museum’s vice-director and curator, who guided us through the permanent exhibition. The museum is divided into different halls representing Prehistory, Protohistory, the Cenomani, Gallo-Roman times, the Early Middle Ages, and medieval Le Mans. A division of time into stages or periods that follow one another, different from those of countries where a geographical order of collections was imposed. The displayed objects are showcased in large, well-lit display cases, each labeled with a numerical reference and briefly described.

The tour began with the oldest artifacts, dating back to the remote past: a collection of Middle Paleolithic artifacts (350,000-40,000 BP). Hand axes, blades, flakes, and Levallois cores attest to the lithic technologies of early human populations in the region. The display, though not extensive, features pieces of exquisite craftsmanship, especially notable considering some items are over 300,000 years old. Following this, there is a significant exhibition of Neolithic objects categorized into Copper, Bronze and Iron Age. Dioramas and models illustrate the ancient way of life of these populations, including burial practices, ceramics, and metallurgical artifacts.

The tour continued with objects related to the Roman conquest of Gaul. Numerous items such as ceramics, burials, glassware, gold, woodwork, and friezes recovered from historical archaeological investigations, chance discoveries, or urban renovations are on display. Sumptuous and everyday objects depict the multifaceted life in a Roman province. There is also a reconstruction of the ancient Roman wall that once surrounded the city, of which only a small section remains standing today, visible in the old town. The second part of the tour explored the temporary exhibition illustrating the life and development of the suburbs of Le Mans, focusing on industrial and automotive activities, as well as the cultural and recreational life of its inhabitants, especially in the 20th century.

Finally, we met with Nicolas Morel, director of the Vert Museum, who explained the future prospects facing local institutions. Le Mans currently hosts three museums: Carre Plantagenet for history and archaeology, the Tesse Museum, inaugurated in 1799, dedicated to Fine Arts, housing a significant collection of 19th and 20th century paintings and an exhibition dedicated to Ancient Egypt, and the Vert Museum of Natural History, showcasing local fauna, flora, and geology, with a focus on Sarthe’s Jurassic period. These three institutions are set to merge into one. The Tesse Museum is already closed due to building issues. The Vert and Plantagenet museums will soon close to make way for a new museum oriented towards new audiences and visitors, featuring smaller displays and virtual exhibitions.

Recently, two articles refer to the fragility of museums and the ephemeral nature of collections (Podgorny 2024; Burón et al. 2024). An idea entrenched in postmodern imagination views museums as permanent and imperishable institutions, overlooking the fact that many are housed in repurposed buildings with previous uses and meanings, and founded upon collections of diverse origins. For instance, the Plantagenet Museum, inaugurated in 2009, occupies a building that was a convent in the 13th century. Just 25 years later, it will close its doors to merge with the Tesse Museum, which has over 200 years of history, and the Vert Museum.

Museums are not immune to the political and cultural vicissitudes of the societies they are part of. Today, many institutions face existential threats while debating not only which pieces to exhibit and why, but also seeing their very existence jeopardized. Some topics seem no longer interesting, while others are challenging to explain and fail to capture public interest. Museums continue to grapple with the dilemma of educating versus entertaining, adapting or disappearing, constantly threatened by human and non-human issues (Buron et al. 2024). In this regard, Podgorny (2024), echoing Adalgisa Luigi, notes that nothing is more ephemeral than a collection, subject to the life and death of its collector, as well as the institution that displays it or banishes it to storage. Exhibitions are assembled and disassembled based on criteria that are not fixed, subject to theoretical or political changes, trends, or monotonous administrative ambiguities.

BIBLIOGRAPHY

-Burón, M, Podgorny, I y Richard, N, 2024, ¿Para qué un museo? A reflection from Latin America upon the fragility and necessity of museums. En: Humanities Research: Volume XX, Number 1, 2024, edited by Kylie Message, Frank Bongiorno and Robert Wellington, published 2024, by ANU Press, The Australian National University, Canberra, Australia. doi.org/10.22459/HR.XX.01.2024.09

-Podgorny, Irina, 2024. Los museos: un espacio nada permanente. Sabers en acció, 2024-01-10 https://sabersenaccio.iec.cat/es/los-museos-un-espacio-nada-permanente/.

SOBRE LA VISITA AL MUSEO CARRE PLANTAGENET

Por Sebastián Luis Frete

En el marco del Segundo Seminario Doctoral SciCoMove: “Collecting practices, collections and collectors in the modern sciences (18th-21th C)” que se dictó a fines de mayo en la Facultad de Ciencias Sociales de la Universidad de Le Mans, tuvimos la oportunidad de visitar el Museo Jean-Claude-Boularad/Carre Plantagenet. Ubicado a metros de la catedral de San Julián es un museo de arqueología e historia encargado de presentar la historia local de la región de Sarthe, desde el pasado prehistórico hasta la Edad Media. La visita nos permitió contextualizar el trabajo académico observando diferentes formas de organizar y gestionar las colecciones, a la vez que nos hizo reflexionar frente a los desafíos políticos administrativos en que se encuentra el museo, y los museos.

Fuimos recibidos por la vicedirectora y curadora del museo que  nos presentó la exposición permanente. El museo está dividido en diferentes salones que representan la Prehistoria, la Protohistoria, los cenómanos y la época Galo-Romana, la Alta Edad Media y el Le Mans medieval. Una división del tiempo, en etapas o periodos que se suceden, diferente a las de los países donde se impuso un orden geográfico de las colecciones. Los objetos exhibidos se exponen en grandes vitrinas, bien iluminadas, llevan una referencia numérica y son brevemente descriptos.

La recorrida comenzó por lo más antiguo, el pasado remoto: la colección de artefactos del Paleolítico medio (350.000-40.000AP). Hachas de mano, hojas, lascas, núcleos Levallois dan cuenta de las tecnologías líticas de las tempranas poblaciones humanas que ocuparon la región. La muestra no es muy grande, pero las piezas son de una manufactura exquisita, sobre todo teniendo en cuenta que algunas piezas tienen más de 300.000 años. Luego hay una importante exposición de objetos del Neolítico, al que dividen en edad de Cobre, Bronce y Hierro. Hay dioramas y maquetas que ilustran la antigua forma de vida de aquellas poblaciones, formas de enterramiento, cerámicas y objetos en metalurgia. La visita continuó con la exposición de objetos referidos a la conquista de Galia por parte del Imperio Romano. Los objetos son numerosos, cerámicas, entierros, vidrios, oro, madera, frisos recuperados en investigaciones histórico arqueológicas como en hallazgos fortuitos o en reparaciones urbanas. Objetos suntuosos y cotidianos que ilustran la polifacética vida en una provincia romana. También hay una reconstrucción de lo que fue el antiguo muro romano que cercó la ciudad y del que solo queda un pequeño pedazo en pie, y que aún hoy se puede ver en la ciudad vieja. La segunda parte de la recorrida fue por la exposición temporal que ilustra la vida y el desarrollo de los suburbios de Le Mans y su actividad fabril y automotriz, así como la vida cultural y recreativa de sus habitantes sobre todo en el siglo XX.

Por ultimo nos entrevistamos con Nicolas Morel, director del Museo Vert, quien nos explicó las perspectivas futuras que enfrentan las instituciones locales. Le Mans tiene tres museos: Carre Plantagenet de historia y arqueología, el Museo de Tesse, inaugurado en 1799, dedicado a las Bellas Artes, el cual alberga una importante colección de pinturas del siglo XIX y XX, así como una muestra dedicada al Antiguo Egipto, y el Museo Vert, de Historia Natural, que presenta la fauna, flora y geología local, poniendo énfasis en el Sarthe jurásico. Estas tres instituciones se fusionarían en una. El museo de Tesse ya se encuentra cerrado por problemas edilicios. El museo Vert y el museo Plantagenet cerrarán pronto para dar lugar a un nuevo museo orientado a los nuevos públicos y visitantes, con muestras más reducidas y exposiciones virtuales.

Recientemente dos artículos hacen referencia a la fragilidad de los museos y lo efímero de las colecciones (Podgorny 2024; Buron et al 2024). Una idea arraigada en el imaginario posmoderno piensa los museos como instituciones permanentes e imperecederas, sin reparar que muchos de éstos están emplazados en edificios reciclados, que fueron otra cosa, en otro momento y por lo tanto tuvieron otro significado, y a su vez fundados con colecciones de orígenes dispares. Por ejemplo, el museo Plantagenet fue inaugurado en el año 2009 en un edificio que ya en el siglo XIII era un convento. Tan solo 25 años después deberá cerrar sus puertas para reformularse en uno solo junto al museo Tesse, que tiene más de 200 años, y el museo Vert. Los museos no son ajenos a los devenires políticos y culturales de las sociedades de las que forman parte. Hoy muchas instituciones que además de debatir qué piezas exponer y para qué, ven peligrar su existencia. Algunos temas parecen ya no ser interesantes y otros temas parecen ser difíciles de explicar y no despiertan el interés del público. Los museos siguen debatiéndose entre la disyuntiva de enseñar y entretener, cambiar o desaparecer, permanentemente amenazados por problemas humanos y no tanto (Buron et al 2024). En este sentido Podgorny (2024) señala, retomando a Adalgisa Luigi,  que no hay nada más efímero que una colección, sujeta a la vida y muerte misma de quien la colectó, como la de la institución que lo expone o lo destierra a un sótano. Las muestras se arman y desarman según criterios que no son fijos, sujetos a cambios teóricos o políticos, a modas o grises cuestiones administrativas.

BIBLIOGRAFIA

-Burón, M, Podgorny, I y Richard, N, 2024, ¿Para qué un museo? A reflection from Latin America upon the fragility and necessity of museums. En: Humanities Research: Volume XX, Number 1, 2024, edited by Kylie Message, Frank Bongiorno and Robert Wellington, published 2024, by ANU Press, The Australian National University, Canberra, Australia. doi.org/10.22459/HR.XX.01.2024.09

-Podgorny, Irina, 2024. Los museos: un espacio nada permanente. Sabers en acció, 2024-01-10 https://sabersenaccio.iec.cat/es/los-museos-un-espacio-nada-permanente/.

Exhibition in Meise, “Plant Hunters of the 19th century – Forgotten figures of Belgian horticulture”

Par Denis Diagre-Vanderpelen

Sans l’armée des collecteurs, ni les institutions scientifiques du monde, des plus grandes au plus modestes, ni l’industrie horticole, ne seraient ce qu’elles sont aujourd’hui. Du pharmacien de village au curé de campagne; du bourgeois amateur en quête de respectabilité intellectuelle au commerçant en quête de nouveaux marchés au bout du monde, ils furent nombreux à concourir, directement ou non, à cet empilement de minéraux, animaux, champignons, plantes sèches ou vivantes, artefacts, qui constitue le socle documentaire sur lequel s’appuient l’inventaire du monde, la taxinomie, l’écologie, l’archéologie, pour ne citer que quelques-uns des champs de la recherche contemporaine. Au-delà celle-ci, ces documents furent et sont encore mobilisés par les musées dans leur fonction éducative. L’exposition qui s’est déroulée au Jardin botanique de Meise (Belgique), partenaire du Projet SciCo Move, avait pour objectif de lever le voile sur les “chasseurs de plantes” qui furent chargés de la création des collections scientifiques de la jeune Belgique… et qui se détournèrent rapidement de ce objectif pour devenir des entrepreneurs horticoles de réputation internationale. Nonobstant, le fruit de leurs collectes, ou de celles de leurs employés, ont permis la frénésie taxinomique, floristique et horticoles du XIXe siècle, garnirent les pages de grandes revues spécialisées de jadis, et constituent un fonds important des collections des institutions scientifiques d’aujourd’hui. Cette “collecte du monde” s’appuya parfois sur l’entreprise coloniale, certes, mais aussi sur l’ouverture de pays ayant depuis peu acquis l’indépendance et en quête de rapports commerciaux avec l’Europe.

Voici une illustration: Louis Van Houtte (1810-1876) dans la baie de Rio, vers 1835. Il devint, après son expédition au Brésil, l’un des plus fameux importateurs de plantes d’Europe. Source: Flore des Serres et des Jardins de l’Europe, 1848.  

Propriété de l’État belge, en prêt permanent à l’Agence Jardin botanique Meise

“Property of the Belgian State, on permanent loan to the Botanic Garden Meise

Ci- dessous la vidéo de l’exposition commenté par Denis Diagre-Vanderpelen:

L’autre côté du miroir : une enquête inachevée

Par Serge Reubi

Pour mon secondment en Argentine, au mois de mars 2024, je m’étais donné pour objectif de suivre le côté sud-américain d’un dossier qui m’avait occupé durant les premières années du projet SciCoMove et qui a fait l’objet d’un article dans le n° de Centaurus édité par Irina Podgorny et Nathalie Richard. J’y avais examiné la circulation de différents objets entre la Suisse, d’un côté, et l’Argentine et le Paraguay, de l’autre. Je m’étais en particulier intéressé à l’acquisition, en 1926, par le Musée d’ethnographie de Neuchâtel (MEN), d’une petite collection Tehuelche et Aché rassemblée en Argentine par le médecin suisse François Machon en échange d’une chasuble volée à la cathédrale d’Asuncion et, après différentes péripéties, conservée à Neuchâtel. Ce premier cas d’étude s’articulait avec la donation, à la fin des années 1930, de différentes collections guarani et aché réunies au Brésil, en Argentine et au Paraguay par le fils de François Machon, Roger Machon, en contrepartie de deux haches protohistoriques offertes à ce dernier par le musée archéologique de Neuchâtel.

Ill. 1, Feuille d’Avis de Neuchâtel, 25.3.1926

Ill. 2, MEN, Salle Machon, après 1927, © Men

Cependant, puisque je m’étais appuyé sur des archives européennes, j’en avais adopté également le point de vue : j’avais pu identifier les enjeux pour les institutions et les acteurs européens, tels qu’ils apparaissent dans cet extrait de presse locale (Ill. 1), saisir la vie muséale des objets après leur arrivée en Europe, illustrée par cette photographie de la salle Amérique au MEN (Ill. 2), mais les logiques des acteurs partenaires en Amérique du Sud m’échappaient largement et je ne savais rien des « nouvelles vies » de la chasuble et des haches, en Argentine et au Paraguay. Qu’était-il advenu de ces objets européens envoyés en Amérique latine, attestations d’une circulation à contre-courant au-dessus de l’Atlantique ? Où avaient-ils poursuivi leurs parcours ? et leurs arrivées dans de nouvelles institutions avaient-elles laissées des traces semblables à celles découvertes à Neuchâtel à leur départ ? Comment étaient-ils catalogués et quelles mentions étaient faites des conditions d’acquisition ? Toutes ces questions, il faut l’admettre d’emblée, restent sans réponses et je ne peux offrir ici guère davantage qu’une relation de voyage qui éclaire, je l’espère, quelques-unes de nos interrogations communes.

Posadas – un échec rapide

Pour une part, mon enquête devait me mener à Posadas, dans la province de Misiones, au Nord de l’Argentine. Cette partie était la plus hasardeuse : j’espérais y retrouver les deux haches offertes à Machon en 1937, dont je ne trouvais aucune trace en Suisse, où il avait terminé sa vie. J’avais ainsi imaginé que cet homme, soucieux de donner des collections à sa ville d’origine en Suisse avait possiblement fait preuve de la même générosité pour sa cité d’adoption. Or, il avait été le directeur adjoint du Museo regional Anibal Cambas à Posadas et j’avais supposé qu’elles eussent pu arriver dans cette institution, en dépit de sa spécialisation dans l’ethnographie et l’archéologie locales et l’art religieux. Dès le mois de novembre 2023, j’avais écrit à plusieurs reprises au musée, sans jamais obtenir de réponse, et avais commencé à me convaincre qu’il ne servirait à rien d’y aller.

Heureusement, l’efficacité du projet SciCoMove n’allait guère tarder à être démontrée. Dans le cadre de mon secondment, Irina m’avait invité à présenter mes recherches au cours d’un séminaire à l’Université nationale de La Plata et j’avais, à cette occasion, signalé mes difficultés à l’auditoire. L’un des participants, Mariano Bonomo, m’a dit qu’il connaissait une chercheuse en rapports avec la directrice du musée, dont il me donna le contact. Celle-ci, Victoria Roca, arrangea alors très aimablement un rendez-vous avec Liliana Rojas quelques jours plus tard et organisa même la présence d’une ancienne professeure de français installée à Posadas, Marie Irene Cardoso, pour palier mes faibles compétences en espagnol. A dire vrai, tout s’organisait magnifiquement. Après avoir été si longtemps déçu de l’absence de réponses, la mise en place de ma visite s’annonçait sous les meilleurs auspices.*

Ill. 3. Façade du Musée Anibal Campas, © Serge Reubi

La visite au musée Anibal Cambas allait cependant rapidement tourner court. Accueilli par Liliana et son équipe, je fus très vite informé que les pièces ne se trouvaient pas au musée qui ne conservait que des collections régionales, aché ou guarani, et rien d’européen… Pire : dans la région selon la directrice, seul le musée Anibal Cambas pouvait avoir reçu ces pièces et, puisqu’elles n’étaient pas là, je ne les trouverais pas à Posadas. Je passai les quelques heures que j’avais espéré consacrer aux haches et à l’examen du catalogue, à bénéficier d’une passionnante visite des salles du musée, puis, faute de mieux, à me mettre en quête des traces de Roger Machon dans la ville de Posadas : sur une lettre qu’il avait envoyé au musée de Neuchâtel apparaissait son adresse et j’y fis un bref pèlerinage, sans davantage de succès, la maison ayant été rasée. L’affaire était mal emmanchée et j’étais un peu inquiet parce qu’au fond, si le crochet par Posadas s’expliquait par une hypothèse peu fondée, au moins j’y étais attendu et étais certain d’y trouver des interlocuteurs. Le reste de mon programme était plus sûr – la chasuble avait pris le chemin d’Asuncion – mais sa mise en œuvre plus délicate puisque je n’y connaissais personne et n’avais pas identifié l’institution qui avait reçu le vêtement religieux.

Mobiliser les musées locaux

Certes Sara Sanchez del Olmo, conservatrice au Musée d’ethnographie de Neuchâtel et excellente connaisseuse du dossier Machon m’avait fait parvenir un article paru le 26 juin 1926 dans El Diario qui relatait l’arrivée de la chasuble à Asuncion, au Musée des Beaux-Arts et d’Histoire. Ce musée n’existe plus mais ses collections ont été, semble-t-il, dispersées entre les Archives nationales et le Musée des Beaux-Arts. Voilà où aller chercher, sans doute. C’était compter sans un récit alternatif, fondé sur la documentation neuchâteloise, qui signalait qu’en juillet 1926, quand l’affaire fût réglée, Machon avait reçu une lettre d’Enrique Bordenave, ministre paraguayen des affaires étrangères, l’assurant que le vêtement était arrivé au musée national. Les possibles réceptacles de la chasuble étaient multiples.

J’avais alors contacté les Archives nationales et le Musée des Beaux-Arts, bien que certaines sources assuraient que la restitution avait en effet supposément été initiée en raison d’un projet de musée national à Asuncion. Le musée des Beaux-Arts, fondé en 1909, ne correspondait pas davantage que les archives nationales et, quoi qu’il en soit, après avoir été  contactées, les deux institutions n’ont pas répondu ni à mes messages, ni à ceux de Sara Sanchez del Olmo.

Simultanément, je tentai d’identifier ce nouveau « musée national ». Deux musées avaient été fondés dans les années qui suivent 1926 : le premier était le Museo Histórico Nacional General Bernardino Caballero, construit en l’honneur de l’ancien président de la République et fondateur du parti Colorado Bernardino Caballero, et qui est également, et accessoirement, le père de Ramón Caballero de Bedoya, l’ambassadeur du Paraguay que Machon met en contact avec le musée de Neuchâtel et auquel est confiée la chasuble en 1926. La piste croisait au moins certains des acteurs de l’affaire et n’était pas à rejeter a priori. Le second était le Museo Etnográfico Andrés Barbero. Appelé de ses vœux en 1926 par Andrés Barbero, président de la Société scientifique du Paraguay, sous la forme d’un musée ethnographique et historique lequel fut mis en œuvre par Max Schmidt à partir de 1933.

Comme pour Posadas, les archives nationales ou le musée des Beaux-Arts, j’avais écrit aux deux institutions en novembre 2023, sans réponse de leur part. Si je commençais à déceler là un pattern muséal argentino-paraguayen, dans l’incertitude que la chasuble se trouve entre leurs murs, j’ai jugé important de m’assurer à distance, et malgré ces interlocuteurs peu réactifs, de ce que possédaient les autres musées d’Asuncion. Pour cela, j’ai constitué une méthode, ou plutôt une technique, expérimentale pour explorer, autant que possible, les collections de différentes institutions, y compris les deux musées évoqués. Après avoir fait la liste des musées de la ville, j’ai fouillé les différentes plateformes de réseaux sociaux (Instagram, Facebook, …) et de vidéos (YouTube), mais aussi des sites consacrés au tourisme, en particulier tripadvisor.com, et la recherche google par image, pour trouver des photographies de salles d’expositions et, idéalement, de la chasuble (ill. 4-7).

Ill. 4-7 : Images d’objets et de salles au Museo Etnográfico Andrés Barbero sur tripadvisor.com, au Museo de Arte Sacro sur facebook, au Museo Histórico Nacional General Bernardino Caballero sur Instagram et au Centro Cultural del Cabildo sur YouTube, Captures d’écran, 2024.

C’est ainsi qu’à côté de la découverte des salles du Museo Histórico Nacional General Bernardino Caballero et du Museo Etnográfico Andrés Barbero, où rien n’apparaissait sur les sites, je suis parvenu à identifier une chasuble au Museo Monseñor Juan Sinforiano Bogarin, qui conserve le trésor de la cathédrale d’Asuncion, précisément là où la chasuble avait été volée au terme de la Guerre de la Triple Alliance (Ill. 8-9). Le voyage méritait d’être entrepris, et je me disposais à faire la tournée des institutions d’Asuncion avec la certitude de voir au moins une chasuble. L’absence de trouvaille dans les autres institutions ne m’affranchissait en revanche pas de les visiter.

Ill. 8. Images trouvées par google pour le Museo Bogarin, Capture d’écran, 2024

Ill. 9. Image d’une chasuble trouvée par google, Capture d’écran, 2024

A mon arrivée à Asuncion, j’ai commencé la tournée des musées. J’ai débuté par le musée Caballero (Ill. 10), petit cabanon au fond du parc éponyme, pour me retrouver très vite devant porte close, en raison de la préparation des festivités de la Semaine Sainte. Les images trouvées sur internet m’avaient cependant fait penser qu’il s’agissait là d’une voie sans issue et je crois que je n’ai rien perdu.

Ill. 10. Entrée du Musée Caballero, © Serge Reubi

L’étape suivante me mena au musée ethnographique (Ill. 11). Selon une pratique que je ne connaissais pas, la porte ouverte donnait sur un hall dont l’accès était fermé par une grille monumentale garnie d’une sonnette. Après l’avoir actionnée, le curateur Ariel Mencia vint déverrouiller la barrière, puis m’accompagna dans les différentes salles, à la fois pour les ouvrir, activer l’éclairage et, comme il me l’expliquait, vérifier que je ne prenne pas de photographies. Je constatai rapidement qu’il n’y aurait rien d’intéressant pour mon dossier mais m’attardai quelque temps, l’occasion faisant le larron, dans la très riche exposition temporaire sur les missions en terres guaranies de l’ethnologue d’origine slovène Branislava Sušnik, qui dirigea le musée après la mort de Barbero, entre 1951 et 1996.

Ill. 10. Buste de Andrés Barbero à l’entrée du Musée ethnographique, © Serge Reubi

J’interrogeai également Ariel Mencia sur la possible présence de la chasuble, dont je lui racontai l’histoire, dans ses collections. Il m’assura que le musée ne possédait aucun objet européen, avant que nous nous engagions dans une discussion sur la localisation possible d’un tel objet. Il m’orienta vers le Museo de Arte Sacro que mon enquête numérique m’avait permis d’identifier.

Le lendemain, je repris ma déambulation muséale et rejoignis le musée d’art sacré, petit musée privé qui appartient à la Fundación Nicolás Darío Latourrette Bo et est hébergé dans la Villa Lina, sur l’une des collines d’Asuncion (Ill. 11).

Ill. 11. Villa Lina © Serge Reubi

L’accès ressemblait à celui du musée d’ethnographie : porte ouverte, grille et sonnette. Rétrospectivement, cette pratique présente le mérite de forcer les rencontres avec le personnel des institutions visitées, même sans rendez-vous. J’ai ainsi été très aimablement accueilli par le muséologue et responsable du musée Luis Lataza qui me fit une visite des collections baroques hispano-guaraní du musée. Après que je lui avais indiqué la raison de ma venue, il m’assurait à son tour que son institution ne possédait que des sculptures provenant des missions jésuites et aucune collection textile. En revanche il me renvoya au Museo Monseñor Juan Sinforiano Bogarin que j’avais également repéré et confirma qu’il s’y trouvait une chasuble ancienne. Avec la prévenance paraguayenne à laquelle je commençais à m’habituer, il m’offrit d’appeler le prêtre Hugo Fernandez, le directeur du musée Bogarin pour lui expliquer ce que je cherchais et lui annoncer ma venue. Etant absent du musée, le père Fernandez le renvoya vers son collaborateur Benjamin Otto lequel, joint par Luis Lataza, me proposa de nous retrouver immédiatement au musée.

Ill. 12. Musée Bogarin © Serge Reubi

Situé à l’arrière de la cathédrale, le musée Bogarin est consacré au premier évêque d’Asuncion, Monseigneur Juan Sinforiano Bogarin et présente dans une demi-douzaine de salles distribuées autour d’une cour intérieure des objets directement liés à l’évêque ou à la cathédrale. J’y retrouvai Benjamin Otto qui me montra la chasuble dont m’avait parlé Luis Lataza et que j’avais entr’aperçue lors de mes recherches sur internet (Ill. 13). Si cela attestait la validité de ma technique d’enquête, il restait à s’assurer qu’il s’agissait bel et bien du bon vêtement.

Ill. 13. Chasuble de l’évêque Bogarin © Serge Reubi

La description de la chasuble au Musée d’ethnographie de Neuchâtel évoquait un vêtement d’une grande richesse, cousu de fil d’or et de pierres précieuses. La vue de l’objet présenté dans une vitrine du musée Bogarin ne laissait guère de doute : magnifique, cousu d’or, il n’arborait cependant aucune pierre précieuse et il ne pouvait donc s’agir du bon objet. Le cartel confirmait cette première impression : cette chasuble datait de la fin du 19e siècle et celle que je cherchais demeurait insaisissable. Benjamin Otto me suggéra alors une nouvelle piste (Ill. 14). A son souvenir, le Museo militar del Ministerio de Defensa Nacional possédait dans ses collections une chasuble ancienne. Cette institution m’avait échappée dans mon enquête, attestant l’avantage des savoirs locaux sur les mondes virtuels.

Ill. 14. Benjamin Otto, au musée Bogarin © Serge Reubi

Dans la cour du musée Bogarin, Benjamin Otto fouilla sur son téléphone pour me montrer une première vidéo d’une visite de ce musée sur facebook (https://www.facebook.com/CulturaAsu/videos/recorrido-virtual-museo-militar/925434178017826/?locale=es_LA), puis une seconde, similaire, qu’il avait repérée sur YouTube (https://www.youtube.com/watch?app=desktop&v=GepFPxDR5MM&t=1000s) où apparaissait en effet, après 16 minutes 31 secondes, une magnifique chasuble, emballée dans du plastique dont on parvenait à percevoir un très grand cartel (qui dans mon esprit pouvait raconter la longue histoire de ses déplacements) (Ill. 15).

Ill. 15, Chasuble du musée militaire, capture d’écran,

https://www.youtube.com/watch?app=desktop&v=GepFPxDR5MM&t=1000s

Je me rendis alors au musée militaire, situé à l’autre bout de la ville. J’y trouvai porte close. Ici aussi, les préparatifs de la Semaine Sainte expliquaient la fermeture du musée fondé en 1939 et hébergé dans un joli bâtiment de l’époque Stroessner (Ill. 16). A mon grand désespoir, mon enquête paraissait devoir s’arrêter là, puisque j’avais prévu de rentrer le lendemain à Buenos Aires. Le long parcours qui m’avait mené dans ces différents musées ne m’avait pas permis de retrouver la chasuble mais avait épuisé la durée de mon séjour à Asuncion. Il m’avait heureusement aussi permis de m’initier aux musées paraguayens.

Ill 16. Musée militaire, vue extérieure © Serge Reubi

Mon découragement m’amena cependant à essayer d’ouvrir la porte du musée : finalement, au musée ethnographique ou à la Villa Lina, je m’étais aperçu que les portes closes n’étaient pas nécessairement infranchissables. De fait, deux militaires de l’armée paraguayenne étaient alors apparues dans l’embrasure de la porte. Je leur expliquai, encore une fois, la raison de ma présence à Asuncion et elles m’autorisèrent à entrer dans le bâtiment et à prendre une photo du musée à travers la porte vitrée et fermée à clef (Ill. 17)… si proche, si loin, je ne voulais pas renoncer.

Ill. 17. Musée militaire, salle d’exposition © Serge Reubi

Poussant ma chance, je demandai s’il n’y avait pas moyen de trouver la clef pour me permettre de photographier la chasuble et son cartel. Malgré mon insistance, je ne parvins pas à mes fins : elles n’avaient pas la clef du musée. Cependant, la plus gradée d’entre elles, la lieutenante Suzy Benítez, me donna sur numéro de téléphone et me proposa de lui écrire par whattsapp pour lui rappeler ce que je cherchais et, la semaine suivante, quand le musée rouvrirait, elle irait photographier l’objet pour moi. Rentré à l’hôtel, je lui envoyai la vidéo de Benjamin Otto sur laquelle apparaissait la chasuble.

Entre-temps, ce dernier m’avait recontacté pour me proposer de faire la même chose, au cas où le musée militaire était fermé et, le lundi suivant, je reçus deux séries de photographies, la première de la lieutenante Bénitez et la seconde de Benjamin Otto. J’y découvrais enfin la chasuble et son cartel (Ill. 18-19). Encore une fois, cependant, je devais déchanter : le cartel, bien lisible, décrivait un vêtement sacerdotal du père Fidel Maiz, consacré prêtre en 1853 et recteur du Seminario conciliar d’Asuncion à partir de 1859. La bonne chasuble m’échappait encore. Je ne crois pas avoir jamais vu ce vêtement dans un musée avant mon séjour à Asuncion et là les chasubles muséifiées semblaient se multiplier.

Ill. 18-19. Musée militaire, chasuble du père Fidel Maiz et cartel © Suzy Benítez

Un échec et des pensées renouvellées

Après avoir quitté Asunción, je suis resté en contact avec Suzy Benítez et Benjamin Otto. La première me promit d’enquêter sur les réserves du musée militaire, le second de parler de ma recherche à ses collègues à Asuncion. A quelques mois d’intervalle, rien ne m’est revenu. Si l’échec est patent, il importe peu au fond. Il y a en effet quelque chose d’amusant à ce que l’angle mort de ma première enquête soit la partie sud-américaine de l’affaire persiste à rester m’échapper. On m’en avait fait le reproche, à juste titre, et force pour moi de constater qu’intégrer le point de vue de l’autre n’est pas si simple qu’il semblait et réclame de nouvelles compétences. Par ailleurs, j’ai aussi été confronté à un monde muséal étranger qui, par contraste, éclaire les évidences et les impensés d’un modèle eurocentré qui se présente toujours comme universel, alors qu’il est à la fois situé et de diffusion réduite : le musée est toujours un espace dont l’accès est gardé, mais ici et là les individus autorisés, les modalités d’entrées et les lettres de créances ne sont pas les mêmes ; le musée est également un espace qui applique aux objets des règles de circulation spécifique : ils n’entrent et ne sortent pas de l’enceinte comme en Europe.

Mais surtout, même mise au cœur de mon attention, la chasuble a résisté à sa redécouverte, comme s’il fallait que sa vie hors du MEN reste secrète. Elle est redevenue un objet perdu dans un monde désordonné, densément peuplé et aux règles complexes, selon la formule de Robert Kohler, complexe : elle parvient ainsi à échapper aux velléités de contrôle des musées. Simultanément, pourtant, elle n’a jamais suscité autant d’intérêt dans le monde muséal ou en histoire des collections que depuis qu’elle a quitté le musée, rappelant ainsi que les musées sont le lieu de l’oubli autant que du souvenir, comme le rappelle Octave Debary. Les objets peuvent en effet s’y perdre dans la masse, mais surtout les musées sont ces espaces où l’on peut relâcher sa mémoire : la présence et la conservation des objets assurent sa préservation sans effort. Pourtant, en dépit de cette disposition à l’oubli qu’assurent les musées, ils assurent une continuité et une visibilité, c’est-à-dire un potentiel de visibilisation, au moins pour les acteurs qui comprennent les règles du champ. Enfin, la disparition de la chasuble, au moins pour qui travaille dans un musée européen, permet de réfléchir au sens des restitutions : d’une part, les arguments invoqués par les intermédiaires en faveur de la restitution de la chasuble (fierté, importance nationale du symbole, …) s’avèrent fallacieux ou au moins exagérés. Contre l’enthousiasme annoncé, un seul article paraît à Asuncion pour signaler la restitution en 1926. L’arrivée de l’objet est loin de faire sensation (Ill. 20).

Ill. 20. Une d’El Diairio, 17 juin 1926

Ce qui semble plus important et plus central, ce sont les enjeux pour les intermédiaires, qui peuvent ainsi, hier comme aujourd’hui, se faire valoir en organisant le retour d’objet dont la polysémie est encore une fois attestée. On les savait supports de savoirs, de domination, de sociabilités, de mémoires etc. : on le retrouve outil de valorisation pour celles et ceux qui en orchestrent le mouvement. D’autre part, il n’est pas certain que l’objectif vise systématiquement à élargir l’accès aux collections qu’à le modifier. Il est au contraire toujours sélectif : seuls ceux qui en bénéficient ont changé, ce qui ne surprendra personne. A ce titre, ma technique d’enquête par les banques d’images en ligne n’est qu’un emplâtre sur une jambe de bois. Elle permet d’avancer un peu, mais jamais de parvenir au but et signale que les acteurs non-locaux sont décidément désemparés et qu’ici comme ailleurs les savoirs locaux prévalent – seul les lieux de leur efficacité ont changé.

The “Tertiary Man”: The story of a controversial human skeleton at the Museu de Ciències Naturals, Valencia, Spain.

Richard A. Fariña, Martín Batallés, Luciano Varela, Ángeles Beri

Departamento de Paleontología, Facultad de Ciencias, Universidad de la República

“Mezcla absurda de ciencia y de ignorancia,

¿cómo es posible sin error juzgarte?

Se debe a tí el impulso de lo bueno

y el germen de lo malo nos legaste.

¿Cómo fuiste en resumen? maldecirte

debemos o debemos admirarte?

¿Quién puede asegurar que fuiste un bruto?

¡Quién pudiera afirmar que fuiste grande!”

Fragment of “Contemplando los restos de un hombre primitivo, expuestos en una colección paleontológica”, poem inspired on the “Samborombón Man” by Francisco García de Cáceres

The greatest South American palaeontologist of all times, Florentino Ameghino (1853-1911), is rather unjustly remembered for his formidable mistake in conceiving the vast, nearly deserted extension of Patagonia as the cradle of humankind, a not so far-fetched idea in the late 19th century as it has become ever since. The finding of a complete skeleton is remarkably narrated in Salinas (2009), as the history and scientific context surrounding those human remains found in the Arroyo de Samborombón, Argentina, in 1882, and subsequently acquired by Rodrigo Botet for his palaeontological collection (Salinas-Jaques, 2009). This skeleton, one of the most complete in the Americas, generated scientific controversy due to the implications of its age and origin.

Ameghino, a pioneer in palaeontological studies, initially classified the skeleton as Tertiary, suggesting an age of millions of years and arguing for the early existence of humans in South America. This classification was based on his evolutionary theory, which proposed an autochthonous origin of humans in South America. However, this proposal was intensely debated and met with scepticism by the scientific community, both in Europe and America. Critics, such as Juan Vilanova y Piera, argued that the coexistence of the human skeleton with other fossil remains of extinct fauna was not sufficient proof of a Tertiary age.

Samples and chemical analysis of the skeleton of the “Man of Samborombón”, preserved in the archive of the Museu de Ciències Naturals, Valencia. / Muestras y análisis químico del esqueleto del “Hombre de Samborombón”, conservados en el archivo del Museo de Ciencias Naturales de Valencia.

Eduardo Boscá, a prominent Valencian scientist and defender of Darwinism, fervently supported Ameghino’s theories (Salinas-Jaques 2011). Boscá insisted on the authenticity and antiquity of the skeleton, which led the then Palaeontological Museum of Valencia to become a focal point for researchers interested in human origin and evolution. Nonetheless, more recent studies conducted in the 1990s placed the age of the skeleton at around 8000 years (Belinchón et al. 2009), corresponding to the Quaternary period. It was concluded that the skeleton belonged to a woman approximately 1.60 metres tall, presenting anatomical features such as sacral lumbarisation and signs of sepsis in the left hand, providing a more accurate view of the living conditions and health of that era.

Skeleton of the “Man of Samborombón”, as it is currently exhibited in the Skeleton of the “Man of Samborombón”, as it is currently exhibited in the Museu de Ciències Naturals, Valencia. / Esqueleto del “Hombre de Samborombón”, tal como se exhibe actualmente en el Museo de Ciencias Naturales de Valencia.

The skeleton and its discovery context reflect the tensions and debates within the 19th and early 20th century scientific community regarding human evolution and antiquity. The positions of Ameghino and Boscá, influenced by Darwinism, clashed with those of more conservative scientists, who preferred less radical explanations about human evolution. Despite advances in the dating and analysis of fossil remains, this story highlights how ideological and political factors can influence scientific interpretation and how palaeontological discoveries continue to be a field of constant revision and debate.

Typed version of “Contemplating the Remains of a Primitive Man, exposed in a Palaeontological Collection”, a poem inspired by the “Man of Samborombón”. Archive of the Museu de Ciències Naturals, Valencia. Versión mecanografiada de “Contemplando los restos de un hombre primitivo, expuestos en una colección paleontológica”, poema inspirado en el “Hombre de Samborombón”. Archivo del Museo de Ciencias Naturales de Valencia.

References

Belinchón, M., Peñalver, E., Montoya, P. & Gascó, F. 2009. Crónicas de Fósiles. Las Colecciones paleontológicas del Museo de Ciencias Naturales de Valencia. Valencia: Ayuntamiento de Valencia. Regidoría de Cultura.

Salinas-Jaques, M. A. 2009. El esqueleto humano de la colección paleontológica “Rodrigo Botet” de Valencia y el debate sobre la antigüedad del Hombre (1890-1928). Debats 105: 85-100.

Salinas-Jaques, M. A. 2011. Eduardo Boscá Casanoves (1843-1924), un darwinista valenciano. Consell Valenciá de Cultura, Valencia.