Exhibition in Meise, “Plant Hunters of the 19th century – Forgotten figures of Belgian horticulture”

Par Denis Diagre-Vanderpelen

Sans l’armée des collecteurs, ni les institutions scientifiques du monde, des plus grandes au plus modestes, ni l’industrie horticole, ne seraient ce qu’elles sont aujourd’hui. Du pharmacien de village au curé de campagne; du bourgeois amateur en quête de respectabilité intellectuelle au commerçant en quête de nouveaux marchés au bout du monde, ils furent nombreux à concourir, directement ou non, à cet empilement de minéraux, animaux, champignons, plantes sèches ou vivantes, artefacts, qui constitue le socle documentaire sur lequel s’appuient l’inventaire du monde, la taxinomie, l’écologie, l’archéologie, pour ne citer que quelques-uns des champs de la recherche contemporaine. Au-delà celle-ci, ces documents furent et sont encore mobilisés par les musées dans leur fonction éducative. L’exposition qui s’est déroulée au Jardin botanique de Meise (Belgique), partenaire du Projet SciCo Move, avait pour objectif de lever le voile sur les “chasseurs de plantes” qui furent chargés de la création des collections scientifiques de la jeune Belgique… et qui se détournèrent rapidement de ce objectif pour devenir des entrepreneurs horticoles de réputation internationale. Nonobstant, le fruit de leurs collectes, ou de celles de leurs employés, ont permis la frénésie taxinomique, floristique et horticoles du XIXe siècle, garnirent les pages de grandes revues spécialisées de jadis, et constituent un fonds important des collections des institutions scientifiques d’aujourd’hui. Cette “collecte du monde” s’appuya parfois sur l’entreprise coloniale, certes, mais aussi sur l’ouverture de pays ayant depuis peu acquis l’indépendance et en quête de rapports commerciaux avec l’Europe.

Voici une illustration: Louis Van Houtte (1810-1876) dans la baie de Rio, vers 1835. Il devint, après son expédition au Brésil, l’un des plus fameux importateurs de plantes d’Europe. Source: Flore des Serres et des Jardins de l’Europe, 1848.  

Propriété de l’État belge, en prêt permanent à l’Agence Jardin botanique Meise

“Property of the Belgian State, on permanent loan to the Botanic Garden Meise

Ci- dessous la vidéo de l’exposition commenté par Denis Diagre-Vanderpelen:


OpenEdition suggests that you cite this post as follows:
alexiacomte (June 27, 2024). Exhibition in Meise, “Plant Hunters of the 19th century – Forgotten figures of Belgian horticulture” SciCoMove — Scientific Collections on the Move. Retrieved July 16, 2024 from https://doi.org/10.58079/11wcc


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.